Meilleurs Voeux pour 2022 !

Eucalyptus globulus

L'Homme libre, c'est le Mât ! (arcane XXII du tarot de Marseille)

C'est le dernier arcane majeur et après démarre un nouveau cycle...

C'est donc l'année du bilan des deux dernières décennies (2000-2022).

Qu'avons-nous appris de ces 22 dernières années ?

S'il a intégré les leçons des 21 arcanes précédentes, le Mât est libre et donc joyeux.

Il joue, danse, chante et improvise car il est conscient de sa nature et n'est plus soumis aux conditionnements. Il connaît les valeurs du cœur et de l'âme, les vrais valeurs et il garde le sens de l'humour, celui des grands sages...

Le Mât est aussi souvent pris pour un Fou, avançant à l'instinct avec confiance sur le chemin de la vie avec son maigre baluchon. Il a conscience que la vie est une aventure et n'hésites pas à entreprendre des choses nouvelles ou peu conventionnelles.

 

Le nombre 22 ramène à votre mission et à vos objectifs et le potentiel est puissant.

De grands accomplissements peuvent voir le jour mais à l'inverse, une tendance à l'autodestruction risque de se faire ressentir, notamment au sein des grandes institutions...

Il y a un exigence de vérité pour marquer cette étape d'évolution. Il faudra garder ses pieds sur terre pour être un visionnaire et ne pas se faire manipuler.

Utiliser ses qualités intuitives (11+11=22) et sa rationalité (2+2=4) pour se méfier des volontés de puissance de ceux qui nous influencent.

Adopter un mode de vie à haute vibration pour retrouver une énergie lumineuse et rayonnante.

 

La 22ème lettre grecque est le Χ prononcé Chi ou Khi. C'est le souffle de vie ou la force vitale dans l'Univers manifesté selon les stoïciens.

Platon explique que les deux bandes qui forment l'Anima mundi, c'est-à-dire l'Âme du monde, se croisent comme la lettre X. (Platon, le Timée, 358 av. J.-C.)

L'Anima mundi est symbolisé par l'Ouroboros, le dragon ou le serpent qui se mord la queue, et qui représente le cycle du temps et de l'éternité. On retrouve ce symbole au XVIe siècle av. J.-C. sur une des chapelles dorées de Toutânkhamon ou sur des cercueils dans l'Égypte ancienne.

C'est une puissance qui possède une double nature. Comme il se mange la queue, il symbolise l'autodestruction et l'anéantissement. Mais il faut garder espoir car s'il représente la fin de toutes choses, il est aussi le symbole de la renaissance et de la résurrection.

C'est l'union du monde terrestre (l'animal) et du monde céleste (le cercle), la terre et le ciel, le jour et la nuit, le Yin et le Yang...

Pour parvenir à la perfection céleste, il faut transcender le niveau de l'animalité pour voir émerger le niveau de l'être spiritualisé.

Tant que le serpent se mord la queue, le Saṃsāra condamne l'être à un perpétuel retour au cercle des renaissances successives jusqu'à la prise de conscience et l'éveil pour sortir de la roue et s'élever à un niveau supérieur.

Dans les textes des pyramides, l'Ouroboros représente « le développement de l'Un dans le Tout et le retour du Tout à l'Un ».

 

Alors, tenez-bon en 2022 !

Que la force vitale de l'Univers mette en éveil l'Âme du monde !

Guillaume Bousquières.